• La voie est libre

     

     

    La voie est libre

     

     

    P I E C E   P O U R   1 1   D A N S E U R S

    Création 2011

     

          “Ecrire la danse à l’encre permanente, observer ce qui domine. Identifier ce qui nous retient, nous oblige, l’ombre de l’ancien, la fidélité au passé. Identifier ce que l’on retient. Une pensée nouvelle a t’elle déjà sufi à faire changer le cap ou le capitaine ? Une pensée ancienne agit. Embarrassée par un mobile qui m’encombre, je déchire la page, je glisse pour ne pas réveiller les mots habituels ; ce moment est doux. Pour rompre avec ce qui nous relie et défaire le geste de sa peau tannée, il manque le froid et l’acier coupant. Marqué par les sillons de l’empreinte du pouce gauche : un trajet unique dans la peau dure et usée, le geste détrempé se relève, tête haute, souffle retenu. Rien n’est prévu pour lui, pas d’accueil, pas de sourires. Surpris par le vent qui s’engouffre dans l’axe de la scène, le vide se retrouve sous les pieds du danseur. Mais le piège se referme doucement. Lancinant comme la répétition d’un mot clé, il défend le corps d’y aller, d’aller en avant. Casser la chanson, briser le rythme, poser la volonté, se taire pour faire un pas d’exception.

    Peut-on esquisser les contours de la naissance d’un désir ?“

     

           “L’espoir, cet élan qui ne va jamais au bout de son espérance, un élan coupé, un espace perdu, un désir d’être sans jamais parler du désespoir d’y renoncer.

    Se débarrasser du devoir sourd d’accomplir un autre choix que le sien et entendre ces élans comme des chants souverains. “Se donner à ce qui sera malgré la résistance de ce qui est“ écrivait Victor Hugo. Se défaire de paroles et de postures soumises à des lois étrangères, qui font de nous des marionnettes.

    Une scène d’obstacles que les danseurs vont aimer à la mesure qu’ils les renforcent et les équilibrent. Puis, quand la voie se libère, la pantomime gesticulatoire qui trouvait sa force dans l’opposition, trace avec le vide des interrogations : Que faire dans cet espace aéré ?

    Quels gestes, quels mots quand la lutte n’est plus nécessaire ?

    C’est ici, quand la valse réconfortante des convenances a cessé, au beau milieu du silence, que les danseurs retirent leurs chaussures : sentant le sol sous leurs pieds et les autres à travers eux.“

     

    Interprètes : Marie-Hélène Bernard, Hélène Loret ou Leslie Poirée, Anne Vilbert, Vincent Hodin, Patricia Fliniaux, Jérôme Merle, Valérie Merle, Thierry Neufville, Véronique Lambert, Sabine Stourbe, Philippe Denais.

     

    Direction : Jérôme et Valérie Merle

     

    Photographies: Anne Meyer - Hélène Loret

     

    Diaporama-Interview à propos de “La voie est libre“

     

     

     

     

    “La voie est libre“ 

    Braine 12 Novembre 2012. 

    Captation Basile Minster. 1heure 05

     

     

     

     

    Galerie de photographies

    Crépy en Valois

    Photographies: Anne Meyer

     

    Galerie de photographies

    Braine 12 Novembre 2012

    Photographies: Hélène Loret